Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 05:00

 

 

La ville de VETHEUIL semble l'avoir bien oubliée,

 

Radio France également...

 

Annik BEAUCHAMPS

Madame Inter

 

nous a accompagné(e)s sur France Inter quelques années

promouvant les femmes par la culture


avec le soutien de Roland DORDHAIN  link : 

"Roland se vantait à juste titre d'avoir offert un studio et un public

à une chanteuse encore débutante. Cette artiste allait devenir une star, elle s'appelait Barbara.

Roland invente aussi "Madame Inter".

La belle et brillante Annik Beauchamps défend les couleurs d'Inter à l'époque

où le machisme régne dans l'audiovisuel et ailleurs.

Elle intervient sur l'antenne l'après-midi avec le souci de poser les questions

des auditrices-consommatrices des années 60 et de trouver des réponses.

Annik Beauchamps part ensuite faire de la télévision à TF1 avec succès,

avant de mourir prématurément d'un cancer. "

 

 

Capture-annik-beauchamp.PNG

 

Elle avait  habité ce village au bord de la Seine

dans la rue du même nom

durant les années '70; une cliente de l'imprimerie très aimable et bien jolie...

 

link

 

 

4681740017_d013a1b522.jpg

 

Mais bien sûr, la radio a bien changé !      link

 

55103343_bce4e79398.jpg


et la Maison de la radio, Boulevard Kennedy, était alors toute neuve ; et innovante...  link

 

et ici, elle reçoit Gainsbourg sur TF1 à l'occasion de La Marseillaise...

 

link

 

  

 

 

Repost 0
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 05:43

 

CHANSON - COMMUNAUTE 

MUSIQUE A COEUR OUVERT  /  Val d'Oise - PARISIS

Merci à notre ami

Bébert

link

qui pour cette semaine a choisi

de nous faire chercher une chanson peu ou même jamais entendue sur les medias...

en gros L'AUTRE face des vieux 45 Tours qu'on ne retournaitjamais

sur nos TePPaZ

Capture-teppaz.PNG

image de : link

Celle-ci, à mon avis...  est quasiment inconnue mais conservée  ici sur  l'INA,

cautionnée par Henri SALVADOR,

qui n'avait pas la réputation d'être tendre avec les médiocres !    

 

Voici donc une artiste du Parisis

( terre entre Paris et l'Oise, sur la route de Dieppe !)

auteure-compositrice et interprête de la Chanson française

3570359859_422d3d7dae.jpg

Alice Dona

Elève du Petit conservatoire de la Chanson avec Mireille, tout de même!

http://www.retrojeunesse60.com/alice.dona.html

C' est une artiste remarquable et discrète

Ses parents M. et Mme DONADEL avaient un garage à Taverny, Val d'Oise;

leur fille Cri Cri était handicapée; Alice Dona a écrit un remarquable livre sur sa petite soeur 

et le sort des handicapés  âgés 

http://www.leparisien.fr/societe/la-france-abandonne-les-vieux-handicapes-12-10-2004-2005366821.php

 

Elle a écrit , composé et travaillé, en vrac, avec et pour 

Serge LAMA, DALIDA, Gilles DREU, Claude FRANCOIS, Jean-Paul VANNIER,

REGINE, Nana MOSKOURI, Mireille MATTHIEU, SHEILA, Gilbert BECAUD,

et tant d'autres, j'en oublie... et tournée 2012 AGE TENDRE

 

Voici une video INA d'un 45 tours en vinyle mou, qui "grattait" bien , que nous avons toujours...

Henri SALVADOR et Alice  DONA

 "Je suis folle de t'aimer ! "

 

Sa discographie sur son site officiel : 

link

Et hop, encore une fille du Val d'Oise !!! oui, j'suis  chauvine  

 

 

 


Repost 0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 05:50

 

 

 Capture maria d

   " Qu'est-ce que veulent les femmes ?

 

 

 Le voici, rien de plus simple.

 

 

Elles veulent tout ce que les opprimés, les assujettis,

 

 ont voulu depuis le commencement des sociétés :

 

leur juste part de droit et de liberté"

 

 3932023262_e9d3e9b1ff.jpg

Le quartier de l'HERMITAGE de  PONTOISE

Vexin/Val d'Oise

a reçu durant plusieurs étés, à la fin du XIX° siècle

 

Maria DERAISMES

Marie Adélaïde DERAIMES

1828 - 1894

 

copropriétaire avec sa soeur Anne Feres-Deraismes

de l'ancien Couvent des Mathurins,

peint par PISSARRO son voisin et ami :

  Capture-mathurins.PNG 

et par CEZANNE lors de ses séjours à l'Hermitage ;

ce fut l'ancien Lycée de jeunes filles jusqu'en 1959, mon vieux Lycée en 7° et début 6°;

la petite-fille d'Emile ZOLA , Madame LEBLOND-ZOLA

y était professeur de Français, très aimée,

la boucle étant bouclée, Zola venant souvent ici.

 

Capture-cezanne.PNG

 

 Il est difficile de résumer sans la réduire la vie et la pensée de

la Pionnière du Féministe,

première femme Franc-Maçon,

journaliste pamphlétaire, artiste, écrivain,

oratrice, militante républicaine et laïque...

Elle a vécu de loin la Commune, contrairement à Louise MICHEL

qui était sur le terrain, elle avançait les idées féministes et 

 s'est indignée des répressions sanglantes

 

15 000 personnes à ses obsèques au cimetière Montmartre...

Quelques citations : 

 

" ... Il s'ensuit que, tant que la femme n'a en partage que les

humbles labeurs, quelques pénibles qu'ils soient,

aucune voix ne s'élève et ne proteste.

Quand il s'agit pour elle, au contraire,

de travaux glorieux, les vieilles lithanies commencent :

mère et nourrice "

 

" Un garçon n'a pas cent sous dans sa poche

et ne compte sur aucun parent. S'il se sent intelligent, actif,

suffisamment instruit, il se dit : j'arriverai.

Et très souvent, il arrive. 

 

Malgré sa capacité, une femme née pauvre est définitivement pauvre pour

le reste de ses jours, parce qu'elle n'occupera jamais que

les bas degrés de l'échelle du travail, les degrés supérieurs

lui étant interdits. Sa ressource, c'est le mari. Si le mari manque,

il faut se rabattre sur l'amant.

Certaines trouvent plus simple de commencer par celui-ci "

 

 Oubliée, oui.

Démodée ? ... à vous de dire

 

  http://www.toutpourlesfemmes.com/conseil/Eve-dans-l-Humanite-de-Maria.html

http://www.hiram.be/Regards-sur-Maria-Deraismes_a3437.html

 

 

 

Source : Bulletin  1997 de la

Société Historique et Archéologique de Pontoise

43 rue de la Roche

http://shapvov.pagesperso-orange.fr/

 

 

 

Repost 0
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 05:35

 

IRMA LA DOUCE

nous a quittés le 6 octobre 2010

 

 

 

 

 

ERMONT

Val d'Oise - Parisis

 

 

Capture-ermont.PNG

 

 a vu naitre la chanteuse  Colette RENARD  

Capture-colette-renard.PNG

 

" Colette Renard née Raget,

est née à Ermont en 1924.

Adolescente, à Montmartre, elle décroche un premier prix de violoncelle au conservatoire

et étudie le chant classique pour se retrouver successivement cuisinière,

 fleuriste, mannequin et finalement secrétaire.

Oui, mais secrétaire du compositeur et chef d'orchestre Raymond Legrand

qui l'épousera et en fera la chanteuse de sa formation !

Et c'est alors l'explosion !

 

Alexandre Breffort et Marguerite Monnot, ayant concocté

un petit sketch de vingt minutes intitulé Les Harengs terribles,

décident d'en faire une comédie musicale après avoir entendu Colette chanter.

 

" Ce sera Irma la douce qu'elle interprétera 932 fois de 1956 à 1967.

Colette, de cet instant, va collectionner les grands prix du disque,

 passer onze fois en vedette à l'Olympia et quinze fois à Bobino,

faire admirer au monde le timbre de sa voix, sa diction, la qualité et la variété de son répertoire.

 

Des tas de succès : "Çà c'est d'la musique", "Tais-toi Marseille",

ou "Le Chemin des forains", elle eut plein de disques d'or,

et incarna mieux que quiconque l'esprit de la Butte avant la déferlante rock et après la chanson réaliste.

 

"Fais comme moi, tire-toi !" lui avait dit Jacques Brel à l'avènement du yé-yé.

 Elle s'est tirée... Une première fois, puis une seconde et, depuis,

elle disparaît périodiquement pour renaître de plus belle au moment où on ne l'espère plus.

Colette a observé ainsi, de longues périodes de silence

(l'une d'elle a duré neuf ans !) avant de remonter sur scène, toujours avec succès.

Dernièrement, en septembre 2002, elle est remontée sur scène au Déjazet "

 

: Copié sur le site de la Mairie d'ERMONT :

http://www.ville-ermont.fr/decouvrez-la-ville/celebrites/colette-renard/  "

 

 

photo pochette disque : http://www.vinylmaniaque.com/pochettes1/ep-colette-renard.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 06:39




VERONIQUE  SANSON
Une grande artiste, compositrice, pianiste, chanteuse

La Dame de TRIEL SUR SEINE
Yvelines


Capture veronique sanson


Véronique SANSON
discrète et appréciée,
habite une très belle maison blanche,
juste au bord de la Seine, à Triel sur Seine

Elle a composé cette superbe pièce
"Triel sur Seine, tôt le matin"
en regardant certainement,
du chemin de halage, bordé de saules,
la Seine, ses péniches, les cygnes familiers et les canards...
Le beau clocher de Triel, et la  verte Butte de l'Hautil...



clic pour son site :


link














Repost 0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 06:40





Jeanne BOUGEOIS
 Enghien 1875  -   Bougival 1956

celle dont les jambes auraient volontiers été sculptées par...
RODIN

Pionnière féministe, elle avait été dans les premières
à couper ses cheveux... La mentalité du XIX° se réinstallait;
 les hommes rentrant  du Front en 1919 renvoyaient
 les femmes à leur cuisine, à leurs robes longues, 
elles qui avaient fait tourner l'économie, et leur foyer,
 pendant la guerre

Capture mistinguett

MISTINGUETT
est native d'ENGHIEN LES BAINS
Val d'Oise
" Si vous voulez me connaitre,
allez visiter mon Enghien... "

A huit ans elle décide de  devenir artiste
Son père est matelassier, sa mère plumassière! ils s'opposent, bien sûr.
La gamine attaque donc une grève de la faim...
cette détermination va la mener loin : Afrique du Nord 
Amérique du Nord et du Sud, Europe...

Elle débute à l'El Dorado, puis va au Moulin Rouge
et fait une carrière de Meneuse de Revue internationale
souvent en compétition ave Joséphine BAKER
Valse chaloupée au Moulin Rouge
Valse renversante...

Quand ça monte trop haut, je m'arrête, on n'est pas à l'Opéra...


Ses études de violon avec un professeur de l'Opéra,
vers lequel ses parents l'avaient dirigée,
avaient coupé court... Elle compense et joue avec intelligence
 des faiblesses de sa voix,
travaille la  comédie, cultive son accent Parigot
 et se sert de  ses "gambettes"

Elle personnalise avec Maurice Chevalier, Jean Gabin 
- tous  artistes populaires  talentueux -
l'intelligence, la gouaille parisienne, la légèreté et l'insouciance
dont les gens avaient tant besoin,
après une première guerre si meurtrière
et un deuxième conflit que les gens sentaient monter.

Parmi ses " Boys " de spectacle
Maurice CHEVALIER... son compagon durant dix ans
Jean GABIN

Méry sur Oise - Mériel Mémoires d'un âne 
 Georges GUETARY

 Mistinguett, Joséphine Baker,
puis plus tard, chacune à son époque
Anny Cordy et Line Renaud
toutes ces artistes de Music Hall  ont bousculé les mentalités
( en quelle année le droit de vote des Femmes en France ? )
et exercé leur métier avec classe,
sans jamais verser dans la vulgarité

Sa belle ville Enghien-les-Bains*** au célèbre 
CASINO, le plus proche de Paris
350 machines à sous... entièrement rénové et agrandi
 a su lui rendre hommage en aménageant une
Place fleurie à son nom et  organisant
un circuit touristique dédié 



Pour bien la connaitre, promenade à Enghien :

http://www.ville-enghienlesbains.fr/content/heading14634/content23819.html

et ce site ! très intéressant...
http://www.landrucimetieres.fr/spip/spip.php?article358



*** se prononce ENGUIN !

Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 05:40



La belle Pisciacaise...

dont toute la Région est bien fière

Catherine LARA
Notre Rockeuse de Diamant


Musicienne
compositrice
productrice
Violoniste d'exception...

Capture

Catherine BAUDET
dite Catherine LARA
 
est née à POISSY
en 1945
son père est médecin, violon amateur.
Sa mère élève les trois enfants de la famille.

Elle apprend la danse, la trompette
 le violon et entre à 11 ans au
Conservatoire de Musique de Versailles


De nombreux jeunes adultes Pisciacais
se souviennent avec bonheur de leur
Professeur au Conservatoire Municipal
de Musique de POISSY

Une excellente biographie de Catherine LARA
sur ce site très complet
link











Repost 0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 06:20



Héloïse GARLANDE
1100  -  1164




Mariés, ils ont eu un fils;  mais vite séparés, tragiquement par l'Eglise
ils sont réunis au Cimetière parisien du Père Lachaise



Sources  "Vivre en Val d'Oise" n° 52 - Novembre 1998, p.32


HELOISE

Abélard est le seul à avoir parlé de ses origines dans son autobiographie

" Il y avait dans cette cité de Paris une adolescente du nom d'Héloïse,
nièce d'un chanoine qui s'appelait Fulbert "

Sa mère est notée sur le nécrologe de l'abbaye
où Héloise mourut, sous le nom d'Hersende.
Il est possible que Fulbert ait été son père,
  apparenté à la famille des Montmorency.
Elle aurait rencontré Abélard à l'âge de 17 ans, en 1117;
elle avait vingt et un ans de moins que lui.

Par l'Abbé de Cluny Pierre le Vénérable, nous savons qu'elle
dépassait par son savoir toutes les femmes de son temps.



ABELARD

Il déclare préférer la dialectique entre toutes
les branches de la philosophie.
Etudiant en Bretagne, il est élève du philosophe
 Rosselin à Loches et Tours.
Il arrive à Paris vers 1100, à l'Ecole du
Cloitre de Notre-Dame,
centre rayonnant dans toute l'Europe.
Le maitre Guillaume de Champeaux
l'accueille mais le prend très vite en grippe,
Abélard ne se rangeant pas à ses idées et
ayant l'avantage dans les discussions.
Abélard va alors à Melun, où sa réputation
de dialecticien attire les étudiants,
puis à Corbeil, plus près de Paris
afin d'attaquer plus facilement l'Ecole
du Cloitre... Epuisé, il rentre en Bretagne,
se repose et revient à Paris.
Les étudiants le suivent sur la Montagne
Sainte Geneviève. Il étudie la théologie,
et prend la place de Guillaume,
retiré au couvent Saint-Victor de Paris...

C'est alors qu'il "est saisi par le démon de la luxure ":

" Me croyant désormais l'unique philosophe
de la terre, je commençais, moi qui avais toujours
vécu dans la plus grande continence,
à lâcher la bride à mes passions et, plus j'avançais dans la voie
 de la philosophie et des sciences divines, plus je m'éloignais,
par mon impureté, des philosophes et des saints "


Remarquant une jeune et jolie étudiante,
savante en Belles Lettres ,
latin et dialectique... Il prend pension chez Fulbert.
Il compose, en poète et musicien, des chansons pour Héloïse,
avec la complicité de ses étudiants, qui l'admiraient
comme un enseignant aux idées neuves dans
les rapports entre Foi et Raison
"On ne peut croire que ce que l'on comprend"


Fulbert, sourd et aveugle, les surprend;
il le chasse, il la séquestre.
Elle est enceinte, il l'envoie en Bretagne
 où Pierre dit Astrolabe nait.
Il veut l'épouser, elle s'y oppose,

étonnante de modernité :

" ... elle préférerait...le titre de maîtresse à celui d'épouse...
plus honorable pour lui ; elle serait attachée par
 la seule tendresse,  non par la force du lien nuptial "


Basilique de Saint-Denis - Abbé Suger


Ils se marient pourtant et le drame commence;
Fulbert la maltraite, Abélard la séquestre
à l'Abbaye d'Argenteuil où elle a été élevée...
Fulbert décide de se venger et fait mutiler Abélard,
 la nuit, par trois hommes.
qui sont arrêtés, subissent la peine du talion
et ont les yeux crevés...

Abéla
rd exige qu'Héloise prononce
ses voeux à Argenteuil
et prononce les siens à Saint-Denis,
 bien qu'étant mariés tous deux...


Chassé de Saint-Denis, il fonde l'Abbaye
du Paraclet près de Nogent sur Seine...

Héloïse est nommée Prieure d'Argenteuil,
puis chassée par Suger.
Après diverse péripéties, ils se retrouvent
 au Paraclet, un moment. Séparés.

Malade, il meurt à 63 ans.
Héloïse vit encore 22 ans.
Elle meurt en 1164, ayant demandé à rejoindre
son époux dans le même tombeau.

La biographie d'Héloïse est claire,
victime de deux hommes, ayant sublimé ses souffrances
dans son monastère, montrant une grande piété et
augmentant le rayonnement matériel et spirituel du Paraclet.

Celle d'Abélard nous montre un homme brillant, orgueilleux,
conscient de sa supériorité, arriviste, instable  et égoiste...

Héloïse a été fidèle sa vie durant à son amour
pour son époux, reconnaissant
qu'elle le place avant Dieu, et sans repentir.

 Elle reste bien proche de nous,
contrairement à Abélard  qui est loin d'avoir eu
la même hauteur de sentiments.
 


Mais qu'est devenu Astrolabe ?





 



Repost 0
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 04:41











Christine de Pizan
La première écrivaine professionnelle féministe française
est morte à Poissy en 1430, au Prieuré
( actuelle Ecole Notre-Dame)





Christine de Pizan ( francisé en Pisan)

Née à Venise en 1364, son père était Médecin et Maître en Astrologie à l'Université de Bologne.
Tommasso di Benvenuto da Pazzano est appelé à Paris en 1368
par le Roi  Charles V qui veut utiliser ses dons de voyance.

Très érudite, elle épouse  Etienne de Castel, secrétaire du roi, en 1379 puis devient veuve .
Trois enfants, sa mère, deux soeurs et des parents à charge...
Toute sa vie, femme seule, elle sera en procès pour dettes et chicanes juridiques diverses.
Elle n'a pas le choix, doit se procurer des ressources; elle écrit.
Le poème ci-dessous est tiré du Livre des Cent Ballades, qui remporte un vif succès.
Elle rédige des textes philosophiques, politiques, moraux, militaires
et a le cran de s'opposer à Jean de Meung
à qui elle reproche de donner une mauvaise image de la Femme dans le Roman de la Rose.



Ballade

Seulette suis et seulette veux être,
Seulette m'a mon doux ami laissée.
Seulette suis, sans compagnon ni maitre
Seulette suis, dolente et courroucée,
Seulette suis, en langueur malaisée,
Seulette suis, plus que nulle égarée,
Seulette suis, sans ami demeurée.

Seulette suis à huis ou à fenêtre,
Seulette suis en un anglet muciée,
Seulette suis pour de pleurs repaître,
Seulette suis, dolente ou apaisée,
Seulette suis, rien n'est qui tant messiée,
Seulette suis en ma chambre enserrée
Seulette suis, sans ami demeurée.


Seulette suis partout et en tout aître,
Seulette suis, que je marche ou je siée,
Seulette suis, plus qu'autre rien terrestre,
Seulette suis, de chacun délaissée,
Seulette suis, durement abaissée,
Seulette suis, souvent toute éplorée,
Seulette suis, sans ami demeurée.



Prince, or est ma douleur commencée :
Seulette suis, de tout deuil menacée,
Seulette suis, plus teinte que morée,
Seulette suis, sans ami demeurée.


Christine de Pisan

muciée : cachée  -  messiée  :  gardée ( ?)
aître  :  parvis et asile  en église  -  morée  : brune de teint

Le Prieuré tout près de


Notre-Dame de Poissy, lieu du Baptême de Louis IX (St Louis)







Repost 0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 04:50





BLANCHE  DE  CASTILLE


fonde en 1236
l'Abbaye Cistercienne
 Notre-Dame-la-Royale
dite de MAUBUISSON


 à Saint-Ouen l'Aumône, village situé
face à Pontoise, sur la rive gauche de l'Oise

Point stratégique important :
Croisement de la Route Paris-Rouen ( la Chaussée Jules César)
et l'Oise, voie de navigation importante.

Ce beau et célèbre monastère est situé sur la rencontre
de La Liesse, le rû de Saint-Ouen avec l'Oise.

Juste en face : le Château de Pontoise où la Cour séjourne souvent.





Pontoise aurait été la résidence préférée
de Louis IX ,pas encore saint
et qui, d'après l'architecture du château, pouvait s'isoler un peu
avec son épouse  de la sévère  Reine Mère Blanche;
  caractère de la même trempe que sa grand-Mère Aliénor d'Aquitaine
!


Depuis les achats de terrains en 1236 et l'arrivée des Cisterciennes en 1242
de grands travaux sont  rondement menés.
Arpentage, voies d'accès, canalisations, constructions.
Des bâtiments, ne restent que les latrines
(  très perfectionnées ! comparables à Royaumont, pas loin )
et l'aile Est du cloitre,
seuls vestiges ayant résisté au démantèlement de 1793 avec la Grange aux Dîmes.


Le système hydraulique est très intéressant.
" L'eau est élément cosmique, comme étoiles et soleil.
L'eau est servante et maitresse, elle fait pousser les blés et  désaltère  les hommes.
L'eau est rappel du baptême, promesse de purification et de résurrection."
("Abbaye de Maubuisson, histoire de Femmes " plaquette du Service Archéologie du Val d'Oise,


Les religieuses n'ayant pas uniquement des préoccupations spirituelles,
l'intendance et l'assainissement sont très élaborés.

Quatre digues barrent le ruisseau pour faire des étangs
(toujours visibles dans le Parc)
L'eau actionne le moulin à blé, les étangs assurent le poisson.
Pour l'eau potable, les fontainiers captent une source dite de " La Vacherie "
 et la conduisent par un aqueduc de 2 km.
La dîme et les  redevances paysannes font le reste.

Très ingénieuses, les latrines surélevées, en fin de course de l'eau.
Evacuation des eaux de pluie assurée; des tuyaux de terre cuite
 assurent la distribution en eau
vers réfectoire, cellier, salle des religieuses et galerie sud du cloitre.
Le Pavillon de la Fontaine en vasque  achève le chantier.


Blanche de Castille meurt au Louvre le 26 Novembre 1252.
Ses obsèques ont lieu à Maubuisson où elle est ensevelie.




Son fils Louis IX, Saint-Louis, tombe malade à Maubuisson en 1244 et décide de se croiser.
Il part pour la 7° croisade en 1248.
De retour, il revient à Maubuisson et y décide la 8° croisade en 1268. Il  meurt de la peste à Tunis en 1270
( un vitrail dans la cathédrale Saint Maclou de Pontoise commémore son "voeu ")





Philippe le Bel  signe  à Maubuisson en 1307 l'ordre d'arrestation simultanée  des Templiers.
1313 : Edouard d'Angleterre y rencontre ce Roi.
Il s'ensuit l'affaire des brus du Roi :  Marguerite et Blanche ( cf les  " Rois Maudits " ! )
Leurs "amis" sont écartelés à Pontoise Place du Martroy
Séjours royaux réguliers jusqu'à la fin du XIV° siècle.





La visite de ce lieu, maintenant Centre d'Art Contemporain  est très intéressante.
Explications sur  la vie des religieuses et des paysans qui avaient
 la malchance de border leurs terres...
 Revenus sur les moulins à eau, moulins sur la rivière également.
Une impressionnante liste de " droits" énumèrent les obligations de toutes sortes
 envers les nonnes. La plus révoltante, à mon avis,  j'ai oublié le nom de ce droit,  était celle-ci    :
 chaque religieuse pouvait, sur chaque étal de chaque marché,
prendre gratuitement des marchandises " à la poignée ", à concurrence de la capacité de la main...
J'image des équipes de deux nonnes, soit quatre mains; on devait envoyer les plus grandes !

La superbe Grange aux Dîmes est restaurée.

Bonne future visite à Saint - Ouen - l'Aumône !







Repost 0

Présentation

  • : Le blog lejardindutemps
  • Le blog   lejardindutemps
  • : Patrimoine et Histoire Vexin-Mantois - Ile de France - Normandie - Picardie - Pas de Calais - Musique - Poésie - Plantes Médecines alternatives
  • Contact

Réponses aux commentaires

C'est un plaisir de recevoir vos commentaires et de partager amicalement vos avis et connaissances 

Aussi pour continuer à avoir suffisamment de temps pour vous lire, tous, chacun  dans vos blogs,

je vous répondrai directement chez vous si vous le permettez... mais pour des propos modérés et amicaux !

Recherche